baldeAbdoulaye Baldé a mis fin aux nombreuses rumeurs faisant état de son entrée prochaine dans le gouvernement de Macky Sall qui ont longtemps alimenté les discussions dans tout le pays. Sa déclaration faite à ce sujet, au cours du méga-meeting mémorable, tenu le week-end dernier à Dakar ne laisse aucune équivoque, l’Ucs, son parti, est trop grande pour se fondre dans un autre. Opter pour une vision contraire serait un grand gâchis. En fait comme il l’a dit, lui-même, son parti commence à grandir malgré les nombreux coups de boutoir de l’Apr qui a débauché certains de ses lieutenants.
La grande mobilisation, notée à l’occasion de ce méga-meeting, marqué par des vagues déferlantes de militants qui ne jurent que par le nom du maire de Ziguinchor a fini d’attester que l’Ucs est désormais entrée dans le giron des grands partis de ce pays. Et cette massification est certes le fruit d’un grand travail que les responsables de base du parti ont mené dans l’ensemble du pays, mais le parti la doit aussi et surtout à la popularité de son leader Abdoulaye Baldé qui est aujourd’hui au sein de l’Ucs ce qu’était Me Abdoulaye au Pds. C’est-à-dire le parti, c’est d’abord la personne de Abdoulaye Baldé.
Les militants de base adhèrent plus dans le parti du fait de l’affection qu’ils ont pour Baldé et non pour soutenir celui-ci à travers un quelconque responsable local. Cela est surtout plus remarquable à Ziguinchor où malgré le départ de certains de ses lieutenants qui ont rejoint les prairies marrons, l’Ucs continue à y enregistrer des victoires électorales au dépend de l’Apr et ses alliés. Et des bastions de militants du camp présidentiel continuent, depuis un certain temps, de se fondre dans les rangs de l’Ucs en Casamance. Ce fut le cas récemment à Niaguis et dans le Kassa où de nombreux militants de l’Apr et du Ps sont venus grossir les rangs de ce parti. Ce qui n’est pas de bon augure pour le parti présidentiel qui peine à s’implanter à Ziguinchor. Et ces vagues de ralliements risquent de se poursuivre. En fait beaucoup de Casamançais qui le soutenaient et qui avaient été emportés par la vague du changement de régime ne cachent pas leur volonté de faire un come back, soulignant qu’en plus de sa courtoisie légendaire, Baldé leur prêtait une oreille attentive et trouvait des solutions à leurs problèmes à chaque fois qu’ils allaient vers lui. Ce qui n’est pas le cas avec certains de leurs responsables de l’Apr qui se particulariseraient par l’arrogance et une discourtoisie notoire à leur égard, relèvent-ils.
Au sein de la masse silencieuse aussi, c’est-à-dire ceux qui ne militent dans aucun parti tout comme au niveau de la diaspora casamançaise en Europe, le nom de Abdoulaye Baldé fait bonne presse, il est courant d’entendre ces derniers dire que le maire de Ziguinchor est le leader politique qu’il faut en ce moment pour la Casamance.

Il y a un autre fait qui plaide en faveur du maire de Ziguinchor; de nombreux Casamançais estiment que l’époque où des leaders politiques faisaient l’unanimité autour d’eux sur le plan national comme l’ont fait Léopold Sédar Senghor, Abdou Diouf ou Abdoulaye Wade est révolue. Désormais les élections, au Sénégal, seront un jeu d’alliances, analysent-ils. Et donc la Casamance a besoin d’un leader qui a une envergure nationale au même titre que les autres régions comme Thiès avec Idrissa Seck ou Dakar avec Khalifa Sall pour mettre fin à un fait vécu depuis les indépendances, à savoir ne jouer dans l’échiquier politique national que le rôle de souteneur. Et tous les observateurs sont unanimes à reconnaître que Abdoulaye Baldé est ce leader naturel, lui qui a déjà réussi à implanter un grand parti politique sur le plan national et bénéficie d’une grande aura aussi bien en Casamance que dans l’ensemble du pays.
Donc faire aujourd’hui l’entrisme dans le gouvernement de Macky Sall ou pire fondre l’Ucs dans l’Apr, serait un grand gâchis pour Baldé et à même temps un risque certain de perdre toute cette sympathie de la Casamance où il doit être d’abord très solide avant de songer à conquérir le reste du pays en 2019 à l’occasion de l’élection présidentielle.

Mamadou Alpha Diallo(infos15)

Ajouter un commentaire