Pape Samba Mboup« Karim Wade m’a obligé à chercher la dépense quotidienne ». Ces propos de Pape Samba Mboup traduisent à suffisance la faiblesse d’un homme incapable de gagner dignement sa vie sans tendre la main.

Nous ne reconnaissons plus Pape Samba Mboup, tant il nous avait habitués à une posture de fidélité envers le Parti et à son Secrétaire général Me Abdoulaye Wade. Après sa dernière sortie, nous avons passé en revue certaines de ses déclarations et diatribes envers Macky Sall et son régime. Le plus étonnant, c’est quand il s’insurge contre Djibo Ka qui venait juste de rejoindre le camp présidentiel.

Pape Samba Mboup : « Djibo Ka a fait un mauvais calcul en rejoignant le camp présidentiel. » ; « On n’embarque pas dans un navire qui prend l’eau. » ; « S’allier avec Macky Sall, c’est s’allier avec le diable. »

Après toutes ces déclarations, que s’est-il passé dans la tête (j’allais dire dans la poche) de Monsieur Mboup pour lui valoir un tel revirement ?

Force est de reconnaitre que Monsieur Mboup est téléguidé de l’extérieur par le régime de Macky Sall qui se sert de lui comme une taupe au sein du PDS. Après avoir détruit l’AFP et le PS, Macky Sall s’attaque au principal parti de l’opposition, le PDS de Me Wade. Il se sert de lui pour discréditer notre candidat Karim Wade et saper les convictions et la détermination des militants de base.

Nous prions Pape Samba Mboup à méditer sur ces propos sages de Cheikh Mouhamad Al-Hgazali :

« Il n’est pas nécessaire d’être un espion pour être au service de tes ennemis, il te suffit d’être stupide ».

Pour infiltrer les rangs du parti, l’ennemi a certes choisi le plus stupide d’entre nous, Pape Samba Mboup. Mais c’est peine perdue. Karim Wade est notre candidat aux prochaines élections présidentielles et il n’y’aura ni plan B ni plan Z. Nous, à la base, sommes déterminés à travailler et à lutter pour faire valoir nos choix. Les prochaines législatives constituent une occasion formidable pour barrer la route à Macky Sall et à son régime despotique. Son mandat finit en avril 2017. Il suffit juste à l’opposition d’être majoritaire à l’assemblée nationale, pour acquérir le privilège constitutionnel de former un nouveau gouvernement qui imposera la cohabitation au Président Sall.

Cela est possible si nous sommes unis et déterminés.

Pape Mbodj, coordonnateur du PDS au BENELUX,

Pour PDS-Belgique.

Ajouter un commentaire